Les univers

Cette page explique tout ce qui concerne les liens que les textes peuvent avoir entre eux, lorsqu’ils se déroulent dans un même univers ou ont été écrit dans un esprit particulier.

Les « Miscellanées » de Disharmonies

disharmonieslogocofversiondd-2010-2011Entre 2009 et 2016, j’ai participé à Disharmonies, une revue littéraire et scientifique d’élèves de l’ENS Ulm. Dans ce contexte, j’ai été amené à écrire des textes et des fictions indépendantes les unes des autres, mais conçues sur le même principe, celui d’un thème à respecter, et avec le même format, environ deux pages A4, qui paraissaient en général dans la rubrique appelée « Miscellanées ». Ils sont regroupés ici dans la catégorie du même nom. Paradoxalement, malgré leurs grandes différences en termes d’univers, de thèmes et parfois de formes, ces textes finissent presque par porter une empreinte reconnaissable. En deux pages, c’est un monde à planter, une atmosphère à poser, une intrigue à boucler : bref, ce sont des contraintes redoutables, et je me suis beaucoup intéressé à la façon dont je pouvais donner le plus de profondeur possible à ces histoires malgré leur brièveté. Parmi ces textes, « Le Musée de la solitude », nouvelle fantastique parue en 2012, a été retravaillé et publié dans la revue Brins d’éternité en 2018.

Fantasia

Fantasia est un univers de fantasy « fantasmagorico-philosophique » dont les origines remontent à 1997-1998, avant que ma folle jeunesse ne laisse place à la vieillesse démente. En voici le principe : dans un autre univers où le niveau technologique moyen équivaut à la fin du Moyen âge ou au début de le Renaissance de l’Europe du monde réel, mais où la magie existe, la réalité est affectée en permanence par une force de nature mal connue appelée Nonsense ou Grand Absurde, qui provoque des altérations aléatoires et à peu près imprévisibles de la réalité. Magie incontrôlée, divinités courroucées ou devenues folles, signes d’un cataclysme cosmique en approche ou fonctionnement normal de ce monde en particulier ? Les interprétations sont multiples, mais personne ne peut se vanter de tenir la bonne. Heureusement, l’action du Nonsense est plus ou moins virulente selon les endroits et les époques, de sorte qu’il existe des « contrées stables » où l’on peut vivre à peu près normalement.

Les habitants des pays stables ignorent une bonne partie de la nature de leur monde et de son passé, qui se perd dans les brumes des anciennes catastrophes et des migrations forcées. Beaucoup de ces pays vivent dans un isolement complet et dans l’ignorance des autres populations de ce monde ; seuls quelques-uns ont eu la hardiesse de braver les contrées instables au péril de leur vie et de leur santé mentale, et ont pu nouer des contacts chaotiques avec des peuples voisins. L’Hiscontie, petit royaume peuplé d’humains coincé entre le Grand Océan, au nord, et le Désert des Muances au Sud, a exploré ainsi les hauteurs de la Stratosphère et rencontré les Nuagins qui la peuplent, ainsi que les Nains de Ciel, leurs ennemis séculaires. Parmi les Hiscontes, seuls les Aventuriers et les mages sont assez courageux ou assez fous pour tenter des voyages par voie terrestre ou maritime…

dragonherbivore2008couleur

Dragon herbivore d’Hiscontie. Illustration bricolée pour le site-jeu Fantasia au début des années 2000 (version en couleur : 2008).

Fantasia est avant tout un jeu de rôle, Fantasia, aux frontières de l’Absurde, que j’ai créé et mis en ligne sur ce site en novembre 2000 sous le pseudonyme Tybalt (le site a changé plusieurs fois d’adresse). Au fil du temps, l’univers a grandi et mûri en même temps que moi. Les mises à jour se sont espacées à mesure que mes études et mes autres créations réclamaient mon temps, et le site est désormais quasiment inactif. Mais le Livre de base du jeu (qui utilise le système de règles BaSIC, version simplifiée du Basic Roleplaying édité par Chaosium) est toujours disponible, de même que les suppléments et les nombreuses pages Web détaillant divers aspects du monde. Bien que reprenant certains éléments très classiques de la fantasy (l’aspect médiéval, la magie, certains peuples et créatures), Fantasia tente de trouver son originalité dans une ambiance qui mélange la fantasmagorie poétique à la Rêves de dragon, le délire à la Hystoire de Fous et l’horreur métaphysique d’un L’Appel de Cthulhu.

Certains des textes écrits pour le jeu de rôle laissaient déjà la part belle à l’ambiance et aux détails « gratuits ». Dans le même temps, j’ai écrit plusieurs textes dans cet univers. La plupart sont restés inédits pour le moment. Mais deux de ces « fragments de Fantasia » ont connu une publication : la pièce de théâtre « Quand les dragons étaient carnivores » dans la revue Faeries en 2003-2004, « Rêveil » dans le fanzine Disharmonies en 2009 et « Châteaux de sable » dans le fanzine Éclats de rêves en 2013. Ces textes ne racontent pas nécessairement d’événements importants ou « historiques » dans l’histoire de Fantasia, ils n’ont même pas de personnages ou de lieux précis en commun : ils ne font que se dérouler dans ce monde et surtout en reprendre l’esprit.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s